Le jeûne intermittent, tendance dangereuse ?

jeûne intermittent

Le jeûne intermittent ou fasting… Si vous lisez les magasines, les blogs, ou encore si vous regardez les réseaux sociaux vous avez sûrement déjà entendu parler du jeûne intermittent !

Souvent associé à de la perte de poids, de la restriction calorique et j’en passe…

Mais qu’en est-il vraiment du jeûne intermittent ?

Avant tout chose, le jeûne intermittent n’est pas recommandé pour les enfants, les adolescents, les femmes enceintes ou allaitantes, et pour les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent consiste en une période de jeûne, c’est-à-dire sans apports nutritifs et un temps où s’effectue les prises alimentaires, il en existe plusieurs types :

  • Le 16:8, le plus connu, qui consiste à jeûner pendant 16h et manger pendant 8h restantes. Généralement, c’est le petit déjeuner qui est « sauté » ou parfois le dîner, il ne reste alors que 2 repas principaux dans les 8h avec une collation si besoin.
  • Le 5:2 ou fast diet, qui consiste en 5 jours d’alimentation « classique » et 2 jours à 500 kcal.
  • Le « eat-stop-eat », qui consiste à jeûner 2 jours par semaine.
  • Ou encore la méthode du jeûne 1 jour sur 2.

Pendant ces temps de jeûne seul l’eau, le thé, le café, les tisanes… sans sucres sont autorisés.

Vous l’aurez compris, les méthodes de jeûne intermittent sont nombreuses, mais alors quelles sont les bénéfices et/ou les risques de cette pratique ?

Quels sont les bénéfices du jeûne intermittent ?

Des études montrent que le jeûne a plusieurs effets positifs

  • Régulation de l’insuline, entrainant une diminution des risques de diabète ;
  • Meilleure régénération des cellules ;
  • Régulation du poids et de la satiété ;
  • Amélioration de la mémoire et de la concentration.

Ces bénéfices ont été montrés pour une partie de la population, pendant un certain temps et dans certaines conditions. Ces échantillons ne sont pas forcément représentatifs de la population générale. Le jeûne intermittent ne convient pas à tout le monde et peut également avoir des risques sur la santé.

Quels sont les risques du jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent présente également des risques :

  • Carences nutritionnelles ;
  • Baisse du métabolisme de base ;
  • Effet yoyo (perte de poids et prise de poids) ;
  • Fatigue, irritabilité, constipation…
  • Sensation de faim trop importante entrainant des problèmes de concentration, de mémoire mais également des vertiges voir des hypoglycémies qui peuvent être très sévères…
  • Induction d’un comportement alimentaire perturbé en se forçant à jeûner malgré une sensation de faim importante, il y a alors une sensation de frustration dû à la privation et un risque de compenser en « perdant » les bienfaits du jeûne. Et sur le long terme, s’enfermer dans une mauvaise relation à son alimentation.

Une réduction des calories lors d’un jeûne peut entrainer une sous nutrition et, si la baisse calorique est très importante cela peut engendrer un dérèglement hormonale avec les risques cités plus haut.

Mais alors, peut-on se lancer dans le jeûne intermittent sans risque ?

Certaines personnes réalisent le jeûne intermittent depuis des années, sans mettre de mots dessus, simplement car ils ne prennent pas de petit déjeuner. Ils n’ont naturellement pas faim, ce qui n’engendre pas de risque car il y a un respect du rythme biologique et de l’écoute de leur sensation de faim.

Avant de vous lancer dans cette pratique, demandez-vous pourquoi vous souhaitez le faire, quel est votre objectif.

Si c’est pour une perte de poids, je le déconseille. Car si vous avez l’habitude de prendre un petit-déjeuner en ayant faim le matin, vous risquez d’avoir des problèmes de concentration durant la matinée dû à la faim et vous risquez une hypoglycémie. Vous risquez également de l’hyperphagie en sortant du jeûne et sur le long terme, tous les risques cités plus haut.

Lorsqu’on souhaite perte du poids, il est important de trouver un bon équilibre et de voir l’alimentation comme un plaisir et non comme une contrainte avec des obligations de régime. Le jeûne intermittent doit être vu comme un « mode de vie » qui vous convient et non comme un moyen de perdre du poids.
Il n’est pas adapté à tous, chacun est différent. Si vous l’appréciez et le vivez avec plaisir, il est le bienvenu. Autrement c’est que d’autres habitudes alimentaires vous conviennent mieux.

Si vous êtes sportif, il est nécessaire de bien garder son total calorique dans la journée. En effet, une baisse calorique trop importante et l’entrainement à jeûn peut réduire vos performances.

Les études nous montrent certaines choses mais chaque individu est unique. Si vous souhaitez réaliser le jeûne intermittent, il est nécessaire de vous faire accompagner par un.e diététicien.ne nutritionniste avant de vous lancer.

Pour conclure, le jeûne intermittent n’est pas à diaboliser mais il doit être fait dans de bonnes conditions et pour de bonnes raisons afin de ne pas risquer de mettre en danger votre santé.

N’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire et à partager l’article sur les réseaux.

Abonnez-vous → InstagramFacebook 

Source :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3946160/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15640462/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3106288/
https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15833943/

2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :